Vise-le-coeur-Cie-Allotrope
Vise le coeur mais ne prends pas tout – Cie-Allotrope

Texte de Céline Balloy

Avec Livia Dufoix et Céline Balloy

Sous le regard d’Alain Eloi.

Durée 1h15.

A partir de 14 ans.

Des tranches de vie

Ce n’est pas une histoire mais des histoires. Des mères et des filles qui s’aiment mais ne savent pas se le dire, des collègues qui se battent pour exister dans l’entreprise, des femmes pleines de désir et de dégoût pour l’homme qu’elles ont aimé, des amies qui se dominent, des sœurs qui règlent leurs comptes, des femmes qui crient tout haut, ce que leurs mères taisent.

C’est ça. C’est un spectacle sur le dit, et le non-dit. Ce que l’on n’a pas dit, ou ce que l’on n’aurait jamais dû dire…

On rit, on s’émeut, on a la chair de poule.
C’est grinçant, rythmé, méchant parfois,
mais tellement vrai !

10 scènes

La pièce Vise le cœur mais ne prends pas tout est un ensemble de 9 scènes sur le thème des femmes et de leurs relations.

Les mères et les filles s’aiment
Les collègues
Je suis pleine de désir
Les sœurs
J’ai perdu mon désir
La natation synchronisée
Je suis pleine de dégoût
J’attends un enfant
Les amies
Les mères et les filles se parlent

Les thèmes abordés sont : réussir en entreprise, les relations mère-fille, l’identité sexuelle, le désir, la rupture, la domination, l’avortement, l’amitié, la drogue.

Pourquoi ce projet ?

« A 40 ans, j’ai compris que ça pouvait être compliqué d’être une femme. Etre femme pouvait être une tare. Un mauvais départ dans l’entreprise. Un coup dur dans la vie.

J’ai eu envie d’en savoir plus. De disséquer les relations vécues par les femmes, lesquelles, ne se soutiennent pas toujours. Elles s’enfoncent. Se font mal. Comme elles l’ont toujours vu faire. Pas de cadeaux. Du mordant. Des bleus sur les genoux.

Jusqu’au jour où elles se ressaisissent. S’allient. Car, au fond d’elles-mêmes, il y a toujours eu beaucoup d’amour et d’entre-aide. L’héritage de leur mère et de leurs grands-mères.

De toute façon c’est compliqué d’être une femme. Il faut endosser tous les rôles : triste-divine-pure-pute-chaste-amoureuse-emmerdeuse-sexy-lesbienne-jeune-belle-grosse-moche-et-vieille-mère-reproductrice-dévastatrice… et j’en passe.

C’est compliqué mais c’est possible. A condition de dire, d’hurler ce que l’on est, de faire un tohu-bohu incroyable, du barouf qui agace. De faire péter les cases. Pour faire sa place. La société nous a appris à nous taire, faire moins de bruit que les autres. Il faut désobéir. Crier plus fort

Après cela, on se sent bien, mieux, on a vidé son sac, on est prêt à le remplir de belles choses… »

Céline Balloy

C’est un spectacle sur le dit et le non-dit.
Ce que l’on n’a pas dit,
et ce que l’on n’aurait jamais dû dire

 

Crédit photos Gilbert Vanbiervliet