Recherche

Cie Allotrope

Compagnie de théâtre

Catégorie

Médiation culturelle

Les collégiens s’expriment

C’est une aventure qui a démarré en 2019 à l’occasion d’un Cléa (contrat local d’éducation artistique) au collège Victor Hugo de Somain. Céline Balloy, autrice et metteuse en scène se présente auprès des élèves de 3ème pour les sensibiliser au théâtre et à l’écriture contemporaine d’un texte dont elle est l’autrice: Vise le coeur mais ne prends pas tout.

L’envie de retravailler avec les 2 profs de français était bien présente et un second rendez-vous est pris. Entre décembre 2019 et janvier 2020, les nouveaux élèves de 3ème ont ainsi profité d’un parcours qui s’articule autour des premiers pas sur la scène, de leurs propres récits de vie et de textes d’auteurs contemporains.

Ensemble, avec les 2 professeurs de français extra qui tous les jours s’occupent de jeunes au parcours de vie parfois compliqué, nous avons bâti cette restitution éclair en 3 séances avec un groupe de 17 élèves volontaires.

« Si j’avais du temps, je le passerais avec ma grand-mère »

« Si j’avais du temps, j’irais plus souvent voir mon père au cimetière »

« Si j’avais du temps, je partagerais plus de moment avec ma mère »

« Si je devais supprimer un mot du dictionnaire ce serait ABANDON »

« Et moi CANCER. »

« Et moi IMPOSSIBLE. » 

« Et moi FACTURE. »

« Avouer ses échecs c’est pas GRAVE. »

« Le harcèlement c’est GRAVE. »

« Voler quand on est dans le besoin, c’est PAS GRAVE. »

 » Mais être honnête c’est IMPORTANT »

Restitution le vendredi 24 janvier 2020 au collège Victor Hugo de Somain. Ce projet a été soutenu par le département du Nord, les Ecrivains associés du théâtre (EAT) et la fondation du Crédit Mutuel.

4 mois de résidence artistique en Cœur d’Ostrevent (Cléa)

De mars à juin 2019, Allotrope était en résidence artistique dit Cléa : contrat local d’éducation artistique en Cœur d’Ostrevent (Nord), sur les territoires de Somain et Aniche. Le thème proposé était le jeu : jeux d’écriture, jeux d’improvisation, jeux de piste, je me transforme ! De 3 à 15 ans, les enfants et les jeunes sont tous prêtés au jeu d’acteur et créateur ! Retour sur quelques actions menées.  

JOURNAL DE BORD N°1
École Anselme Lesage : « Je suis un personnage du conte du Chaperon rouge »

JOUR 1

Prise de contact avec les enfants. Ils ont 3/4ans. On commence par un éveil au théâtre dans l’espace. Je raconte ensuite l’histoire du petit Chaperon rouge que j’ai écrite pour eux, afin que tous aient bien en tête l’histoire. Je m’aide pour cela de quelques accessoires qui symbolisent les personnages : un bonnet rouge, une charlotte blanche, une grosse tête de loup, une marionnette de grand-mère. Je leur demande ce qu’ils aimeraient ramener à mamie afin de personnaliser le projet : on oublie la galette et le beurre, au profit des pâtes, saucisson, yaourt, bonbon, grenadine.

JOUR 2

Échauffement et exercices collectif pour apprendre à se déplacer dans l’espace comme un loup et avoir peur du loup. Place à la phase de création. Je fais le choix d’un travail choral : les garçons vont jouer les loups, les filles les chaperons rouges. 

JOUR 3

Échauffement. On reprend la mise en scène, 2ème partie du conte. J’enregistre les VOIX des enfants pour créer le dialogue entre Chaperon et loup. J’ai pris soin d’adapter le dialogue à leur niveau de langage. 

JOUR 4

Échauffement. On écoute les premiers essais de voix issus du montage. On corrige, affine la mise en scène. La maîtresse et les atsem participent activement au projet afin de guider les tous petits et petits dans leurs premiers pas sur scène. Certains arrivent à répéter quelques mots sur la scène. On continue l’enregistrement de la 2ème partie des VOIX.

JOUR 5

Échauffement. On écoute le 2ème montage des VOIX. 1er filage. Les maitresses vont poursuivre sans moi les jours suivant. On cherche quelques accessoires pour les fleurs. Un arbre de la forêt sera réalisé par les enfants.

JOUR 6

C’est le jour J. Les parents sont invités. Les enfants ont répété avec et sans moi. Ce qui compte c’est le travail accompli ensemble. 1er groupe à 9h15, 2ème à 10h30. Il y a du monde !

Belle prestation des enfants qui ont très bien défendu leur spectacle. ET pas facile avec des petits ! Les parents sont contents, les maîtresses aussi. Bravo les artistes ! Souvenir dans la boîte. Le projet a été filmé !

JOURNAL DE BORD N°2
École Aragon de Somain : Des jeux de société façon théâtre

Le jeu « Qui est-ce? » version théâtre et modèle vivant !

Petite restitution à l’école Aragon de Somain. Ils sont 12 en CP, peu d’activités en dehors de l’école, le théâtre est une grande inconnue… « Mais ça leur fait tellement de bien », explique Carole l’institutrice, très attachée à ses élèves. Elle se sent proche d’eux, et très complice, de beaux atouts pour accompagner ces élèves dans l’apprentissage de la lecture et écriture. 

Je viens 2 fois par semaine, les enfants n’ont pas te temps d’oublier, et ils se prennent au jeu. Tant mieux ! Puisque la thématique de ces rencontres est de jouer aux jeux de société façon théâtre. On a essayé plein de trucs ! La pâte à modeler, le Qui-est-ce, la chaise musicale, 1, 2, 3 soleil, Times’s up… et le meilleur pour la fin : Docteur Maboul !

Je me rends compte que les enfants manquent d’imagination et de vocabulaire parfois simple. Mme Cauliez, adjointe à la culture de Somain, avec qui j’échange a une réflexion très juste à ce sujet : « ce qui fait au final la différence entre les enfants, c’est l’oralité. Les nouvelles technologies, ils les connaissent tous, mais être capable de s’expliquer ou d’expliquer ce que l’on voit ou lit, c’est autre chose. »

Rayonnement, joie et rires chez ces enfants qui ont osé quelque chose, devant leurs parents, trop la classe ! lesquels ont fait le pas d’entrer à l’école. Et ce jour-là, ils n’avaient pas grand chose à dire, ça se voyait, le plaisir, sur leur tête de vainqueur.

JOURNAL DE BORD N°3
Vise le cœur au collège Victor Hugo de Somain

Découverte de mon texte et débat avec les élèves autour des thématiques : sexualité, relations mère-fille, amitié toxique, drogue…

C’est la 1ère fois que l’on me demande de jouer Vise le cœur à des collégiens. Leur prof de français, Mme Rudent, particulièrement dynamique et passionnée, est convaincue que ce texte peut faire écho à des jeunes gens de 14-15 ans encore en devenir. 

Ce spectacle écrit en 2015 est un recueil de 9 scènes qui évoque la place de la femme, thème au programme des élèves de 3ème . Il est question de sexualité, drogue, amitié toxique, relations mère-fille…

On décide ensemble de cette formule innovante : théâtre/échange : chaque petite histoire donnera lieu à un débat avec les élèves. 

Le rendez-vous est ainsi fixé au mercredi 3 avril : 2 représentations, à 8h30 et 10h30. « Tous les 3ème doivent voir et entendre ce texte », précise Mme Rudent. 

L’écoute attentive, les remarques pertinentes des élèves, leurs interprétations, leurs éclats de rire, ont fait de cette matinée une petite pépite expérimentale d’une grande richesse. On se sentait tous bien… 

Dans quelques semaines, je retrouve 38 élèves volontaires pour un atelier de mise en voix de textes choisis par l’élève ou l’enseignant, tel le discours de Simone Veil sur l’IVG… 

Ce sera très court, mais intense. JOIE. 

JOURNAL DE BORD N°4
Les collégiens se prêtent au jeu !  

Il devait s’agir d’une mise en voix de textes avec quelques volontaires de 3ème du collège Victor Hugo de Somain. Au final, ils ont été si nombreux à se manifester, qu’il a été nécessaire de constituer 2 groupes et d’aller plus loin dans la proposition. Les extraits choisis par leur professeure de français Mme Rudent, sont de Simone de Beauvoir, Anouilh, Molière, et même la chanteuse Angèle… Un savoureux mélange des genres pour faire entendre une parole qui parle de la condition de la femme, thématique abordé au collège. 

En définitif, les élèves se sont totalement impliqués dans la mise en scène, les intentions de jeu, n’hésitant pas à faire aussi des propositions. Deux jours plein d’émotions, de rires, et d’envie d’avancer ensemble sur un projet collectif qui les mettait en avant de manière différente. Pas facile d’oser faire et d’oser dire quand on est un jeune adulte en construction. Mais pendant ces deux jours, ils se sont senti pousser des ailes…

JOURNAL DE BORD N°5
A la super école Quévy : « Je me transforme en super héro »

Deux classes de CE1 et CM1 ont répondu à l’appel : se transformer en super héros et imaginer une école de super héros avec portes ouvertes aux parents.

Défi lancé ! Je travaille sur cette mission avec Marie Castelain également membre d’Allotrope pour organiser les séances et le parcours artistique. Chacune d’entre nous initions les enfants au théâtre en demi groupe à travers des jeux collectifs sur le thème des super héros. 

Accompagnés de leur super maîtresse, les enfants se sont d’abord prêtés à une réflexion par écrit : quel héros j’aimerais être ? 

Avec Marie, nous avons poursuivi ce travail, et interrogé les enfants sur les supers pouvoirs qu’ils aimeraient avoir et ce qu’ils en feraient. Beaucoup ont envie de sauver la planète ! C’est bon signe…

Après 6 séances, le parcours déambulatoire dans l’école prend vie : formation des sportifs dans la cour, le laboratoire des expériences, les objets magiques telle la chaise qui vous glace ou la cape qui fait voler, sans oublier le défilé de la collection 2020 de costumes de super héros…

Au-delà de l’aspect ludique et de l’implication à 100% des enfants complètement investis dans leur projet, c’était aussi une occasion unique de faire entrer les parents dans l’école. En l’absence de fête d’école, la porte ouverte de l’école de super héros était un moment festif et de partage par les parents curieux de voir leur enfant autrement.

Quel travail ! Mais une joie tellement grande chez les enfants. Les 2 institutrices étaient au top et ont su être des relais efficaces pour mettre sur pied ce beau projet.

JOURNAL DE BORD N°6
Les CM1 à Erre : Fille ou garçon le chaperon rouge ?

Qui a dit que le chaperon rouge devait être une fille ? Et si le loup était une louve ? Et si la grand-mère était une rockeuse ? On n’a pas peur du loup de nos jours mais de qui a-t-on peur alors quand on a 10 ans ?

Travailler à partir du conte n’était qu’un prétexte. L’histoire connue de tous a simplement permis de nous mettre au travail rapidement. L’objectif : transformer l’histoire et s’en servir pour se poser des questions plus actuelles :  et si le loup était une fille ? Et de quoi on a peur à 11 ans ? La mort de ses parents, ses animaux ? Et si on inversait les rôles ?A travers des jeux d’improvisation et d’écriture, les élèves ont petit à petit fabriqué leur projet. Nous avons d’abord travailler en demi-classe et les deux dernières séances, tout le groupe s’est réuni pour recoller les morceaux de ce fabuleux puzzle construit collectivement. Merci pour leur confiance et leur investissement qui a donné naissance à une restitution pleine de force et de gaieté. 

JOURNAL DE BORD N°7
Les grandes sections d’Erre font le tout de la terre

En collaboration avec le plasticien, les enfants on créé des cartes postales. Et grâce au théâtre, nous avons fait le tour du monde, sans jamais quitter la salle.

J’ai adoré ce voyage avec eux… En m’appuyant sur les cartes postales qu’ils avaient fabriquées avec Samuel, plasticien, nous avons imaginé un voyage autour du monde. « Mes chers parents, je pars », ont raconté les enfants qui s’apprêtaient à partir, debout sur le quai de la gare avec l’Orient Express. Direction, les portes du désert, à la rencontre du charmeur de serpents, puis petit tour en avion jusqu’en Asie, sa jungle, sans oublier la cérémonie du thé. 

En route vers le désert à la rencontre du charmeur de serpents !

Après la chaleur, en route vers la montagne pour escalader le glacier et la descente en ski qui nous emmène jusqu’au fond de l’océan… Un voyage très réjouissant, frais, drôle et un travail collectif efficace. 

Pour faciliter le travail corporel et sensoriel, les enfants ont été séparés en 2 groupes de 12.

Contact
cie.allotrope(at)orange.fr
06 14 36 47 10

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑